Chamonix façade du Majestic

Chamonix cahat's Majestic affiche été Chamonix vue ancienne MajesticChamonix cachat's Majestic hiver Affiche

 

Dès les premières ascensions, le monde entier vient à Chamonix. Aventuriers de l’extrême, amateurs de pentes raides, touristes du bout du monde… En 1800, les frères Tairraz font bâtir l’hôtel de Londres qui concurrence l’hôtel d’Angleterre. 1816 voit la construction de l’hôtel de l’Union réputé pour son confort moderne, ses servies tels que “des journaux de tous les pays”son jardin à l’anglaise, et ses bains d’eaux sulfureuses. L’hôtel sera malheureusement démoli en 1931.
En 1848, Ferdinand Eisenkrämer fait édifier le somptueux hôtel Royal qui deviendra le casino actuel. Dès l’arrivée du chemin de fer, des hôtels voient le jour à proximité de la gare.

Chamonix hotel des Alpes Chamonix Palace Chamonix hotel de l'Union

L’hôtel des Alpes – Le Chamonix Palace – L’hôtel de l’Union (Photos anciennes, affiches Coll. Musée Alpin Chamonix)

Construit en 1840, le Grand Hôtel des Alpes fait partie de l’histoire de Chamonix. Il n’a guère changé et l’on peut toujours admirer les ferronneries des garde-corps et des balcons, ainsi que le beau décor des carreaux de ciment à l’entrée…

Vers le milieu du XIXème siècle, l’emplacement actuel de l’Hôtel-de-ville était occupé par l’hôtel Mont-Blanc. En juillet 1855, un violent incendie ravage une bonne partie de Chamonix détruisant l’hôtel Mont-Blanc. En 1857, est érigé le Grand Hôtel de la Couronne, appelé par la suite Hôtel de Saussure, puis, après l’annexion, Grand Hôtel Impérial et de Saussure.

Chamonix vue et hotel majesticPalaces Belle époque, insouciance et nostalgie
A la fin du XIXème et au début du XXème siècle, le « toit du monde » et sa « mer de glace » séduisent la bonne société qui vient s’y montrer. Cette clientèle aristocratique et fortunée se déplace à Biarritz, à Deauville et à Chamonix…  Ce tourisme de luxe amène la création de grands hôtels, avec parcs et jardins, vérandas et terrasses. Le Chamonix Palace, le Savoy et le Majestic, construits juste avant la guerre, sont les trois bâtiments d’exception attirant une clientèle huppée et internationale. Escaliers intérieurs monumentaux, grands salons, ferronneries art nouveau extérieures. Après la guerre, les palaces auront du mal à vivre de leur activité.
En hiver, place aux séjours familiaux, aux joies du ski et de la luge, aux promenades en traîneau. Des photos d’époque attestent du bonheur de se fait tirer sur ses skis par des chevaux, de dévaler les pentes sur une luge à volant en bois, ou en bobsleigh ! Plaisir aussi de  déguster chocolat chaud et pâtisserie au salon de thé avant le bal costumé donné dans un des palaces… En été, place au tennis, aux  excursions en automobile, aux pique-niques… En été, alpinisme, golf, tennis…

Que sont-ils devenus ?
La partie supérieure du Chamonix Palace a été transformée en appartements et le rez de chaussée est acquis par la commune qui y aménage le Musée Alpin. Le Savoy-Palace quant à lui, occupé par le Club Méditerranée, il innovera dès l’hiver prochain un concept unique prôné par La Folie Douce dont l’objectif est de “créer des expériences uniques en associant des contenus exclusifs à un hébergement premium”.
Situé à la lisière de Chamonix, le Majestic n’a rien perdu de sa superbe : silhouette harmonieuse, rondeurs Art nouveau de la façade… Cette résidence propose des appartements indépendants comportant des balcons privés avec vue sur la montagne. Le dernier étage de l’établissement offre une vue panoramique imprenable sur le Brévent et le Mont-Blanc. Au rez de chaussée, le Centre de congrès offre 9 salles de réunion mariant plus d’un siècle d’histoire à une technologie actuelle !

 

max Linder ChamonixAffiche Max et sa belle-mère

Max Linder aux sports d’hiver
Star des Années folles, l’acteur et réalisateur Max Linder était un inconditionnel de Chamonix. En 1925, Max Linder est une star planétaire. Cinéaste star des années folles, il a durablement marqué les lieux. Le Majestic résonne encore des fêtes dantesques qu’il y organisait. Entre 1910 et 1911, Max Linder réalisa trois films à Chamonix qui font la part belle aux sports de glisse tels qu’ils étaient pratiqués il y a un siècle : « Max Asmathique », « Max fait du ski » et le désopilant « Max et sa belle-mère ». Ces courts métrages comiques présentant des scènes de ski, de patinage et de luge sont les premières fictions tournées dans la vallée. En braquant ses projecteurs sur Chamonix, Max Linder a contribué à son rayonnement mondial. La ville lui a rendu hommage en 2015, date anniversaire des 90 ans de sa disparition. Voir le désopilant petit film tourné à Chamonix : Max et sa belle mère


Des hôtes indésirables à l’hôtel de l’Union
Depuis 1830, George Sand vit en femme libre. Ses aventures éphémères et ses costumes
masculins choquent ou suscitent l’admiration ! Mi-septembre 1936, elle débarque à Chamonix avec ” 350 lieues dans le postérieur et une quarantaine dans les jambes ” et rejoint ses amis,
Franz Liszt et Marie d’Agoult à l’hôtel de l’Union.
La romancière inscrit sa famille sous le nom de ” Famille Piffoël ” – pif rappelant son long nez et celui de son fils – Domicile : la Nature / D’où ils viennent : de Dieu / Où ils vont : au Ciel… Pantalon de toile, casquette, talons de bottes coupés, elle parcourt la montagne. Le soir, George et ses amis fument des cigares roulés dans des feuilles de datura. Champagne, punch, conversations animées… Ils font l’effet d’une invasion de cosaques. On dit qu’à leur départ, l’aubergiste ravi, pour une fois, de voir partir des hôtes, envoya l’un de ses garçons chercher le curé afin qu’il vienne asperger les chambres d’eau bénite avant de les relouer… (Visuel : intérieur de l’Hôtel de l’Union – Musée Alpin Chamonix)

La Pointe Isabelle Hotel, hommage à une pionnière
Situé à une minute à pied de la gare de Chamonix, la façade de la Pointe Isabelle Hotel s’avance tel un navire… L’intérieur est basé sur l’histoire
d’Isabella Straton, l’une des pionnières de l’alpinisme. Née en Angleterre en 1838, passionnée d’escalade – elle fera quatre ascensions du Mont-Blanc – Isabella rencontre Jean Charlet, guide de haute montagne à Chamonix. Ils ont gravi ensemble, pendant 20 ans, un large éventail de pics.

Chamonix hotel Pointe IsabelleChamonix hotel Pointe Isabelle intérieurChamonix hotel Pointe Isabelle décor Isabella Straton hotel pointe isabelle  hotel pointe isabelle moquette piolets ombnrelleLes petits-enfants d’Isabella ont ouvert leur hôtel à Chamonix et, en hommage à leur grand-mère, l’ont nommé Pointe Isabelle comme la montagne dans le massif du Mont Blanc qui a été gravie par Isabella Straton pour la première fois en 1875.

Des scandinaves feront l’acquisition de l’hôtel en 2014. Si une complète rénovation intérieure fut alors effectuée, le nom de l’établissement a été conservé. La décoration porte la griffe du designer suédois Stylt Trampoli qui rend hommage à la célèbre alpiniste, femme indépendante et aventureuse : moquette et toile de Jouy aux motifs de piolets, crampons, chaussures de montagnes, et ombrelle (symbole de féminité), portrait de la Grande Isabella…

Les 45 chambres revisitées sont très agréables avec leurs balcons. Entrée et brasserie agrémentées de canapés encuir, de valises et de vieilles malles empilées sous le comptoir du bar; terrasse très acueillante. Certains soirs, animation avec orchestre… Pointe Isabelle Hotel / 165 Avenue Michel Croz, 74400 Chamonix-Mont-Blanc / www.pointeisabelle.com

 

La Fine bouche, petit coin de paradis gastronomique !
La Fine bouche est une adresse de charme très conviviale, gérée par un couple très sympathique : Fred aux fourneaux et Rachel au service. Poutres et lambris de bois, nappes à carreaux rouge et blanc, coussins sur les banquettes, jolies assiettes au décor changeant à chaque service, choix de bons vins. Rachel veille discrètement au bien-être de chacun et Fred, tout sourire, quitte ses fourneaux en fin de service pour venir vous saluer.

Chamonix restaurant La Fine boucheChamonix restaurant La Fine bouche saladeAtmosphère chaleureuse, un lieu
où il fait bon s’attarder… Carte de plats cuisinés maison, avec des produits frais et de saison, délicieuses tartes aux fruits…
A consommer sur place ou à emporter. Un espace épicerie fait la part belle aux produits locaux élaborés par des artisans : terrines, sirop de sureau, sirop de sapin…  www.lafine-bouche.fr
La fine bouche / 80 Place du Poilu, 74400 Chamonix-Mont-Blanc 


Le restaurant Joséphine au décor de brasserie parisienne
Chamonix restaurant Joséphine
Même si l’impératrice Joséphine de Beauharnais est venue en visite à Chamonix, ce n’est pas pour lui rendre hommage que cette brasserie a été baptisée ainsi, mais l’honneur en revient à… Joséphine Baker. Car si les propriétaires actuels ont choisi d’appeler le restaurant du nom de l’illustre meneuse de revue et chanteuse, pour faire échos à la déco “Années folles qu’ils avaient choisie, ils ont appris par la suite que l’ancienne propriétaire s’appelait… “Joséphine”. Son portrait trône d’ailleurs dans la salle de restaurant, petit clin d’œil à cet heureux hasard !
En 1922, juste avant les J.O. de 1924, Joséphine Favre et son mari achetèrent le restaurant qui s’appelait alors “Old India” et firent de cet établissement une pâtisserie réputée.
A l’intérieur, l’ambiance généreuse, typique des brasseries parisiennes, séduit dès l’entrée : bar rond tout de bois vêtu, globes et lampes art déco diffusant une douce lumière, miroirs, tables et chaises de bistrots, de ça de là, des objets chinés : gramophone, objets d’hier, collections de faux cols… Aux murs sont accrochées des photos des gloires passées du music-hall.

Chamonix restaurant Joséphine terrasse Chamonix restaurant Joséphine le bar Chamonix restaurant Joséphine intérieur Chamonix restaurant Joséphine cadres au murA l’extérieur, un comptoir à huitres présente de succulents fruits de mer et bien entendu une variété d’huîtres… A déguster attablé devant l’une des petites tables rondes, sur la vaste terrasse, où chaises et banquettes de bois – avec plaids de laine pour les frileux – invitent habitués et amateurs de bonne cuisine, de glaces, de pâtisseries. Un endroit plaisant, au coeur de la ville, avec vue sur les rues piétonnes, l’Arve et la vedette incontestée de la ville : le Mont-Blanc ! Restaurant Joséphine / 76 Avenue Michel Croz / 74400 Chamonix-Mont-Blanc

 

L’Hôtel Mont-Blanc*****  à l’atmosphère raffinée de haute montagne
Construit en 1840, ce bel hôtel fait partie de l’histoire de Chamonix et a vu défiler une clientèle cosmopolite venue des quatre coins du monde pour découvrir le plus haut sommet d’Europe. Idéalement située à quelques pas de la rue principale, la bâtisse chamoniarde dévoile sa façade blanche et ses volets bleus. Ainsi chaque matin, les occupants de l’hôtel ont-ils le bonheur de se réveiller face à un panorama grandiose.
L’entrée révèle toute l’élégance intemporelle des palaces : escalier Art déco à l’harmonieuse rambarde en fer forgé, lustres de laiton, belles moulures du plafond, salon cosy aux couleurs tendres et cheminée de marbre.

Chamonix L'Hôtel Mont-Blanc salon Chamonix L'Hôtel Mont-Blanc intérieur Chamonix L'Hôtel Mont-Blanc escalier
L’hôtel 5 étoiles a été entièrement rénové et mêle au style architectural de l’époque de subtiles touches contemporaines, véritable hymne à la nature et à l’environnement. L’art de mélanger les siècles et la modernité…
Symbole de l’hospitalité montagnarde, l’hôtel propose un hébergement classique et cossu, ainsi qu’un centre de bien-être doté d’une piscine à vagues, d’un sauna, d’un hammam, et de cabines de massage.
En hiver, l’Hôtel Mont-Blanc suggère à ses clients un goûter gourmand à partir de 16h et un buffet apéritif le soir.
Sous la belle verrière dans une ambiance cosy ou devant la cheminée, le bar Lounge est le lieu idéal pour des moments de détente autour d’un verre ou pour se restaurer à toute heure de la journée. Musique live les mercredis et samedis soirs.

Chamonix L'Hôtel Mont-Blanc salon cheminée Chamonix le matafan extérieur Chamonix le matafan restaurant  Chamonix le matafan table rondeMickey Bourdillat, Chef du Matafan ChamonixMickey Bourdillat, Chef du Matafan de l’hôtel Mont-Blanc, propose une cuisine qui retourne à l’essentiel, à la fois fine et goûteuse, avec toujours un clin d’œil à la gastronomie locale… 

Escale gourmande au Matafan
Le décor du restaurant de l’hôtel Mont-Blanc – Le Matafan – est un régal pour les yeux. Harmonie des couleurs où domine le rouge des sièges et fauteuils, des lustres diffusant une lumière agréable. Des rondins de bois présents sur les murs et autour de la grande cheminée centrale apportent une touche raffinée de haute montagne. Grandes tables rondes pour les groupes, petites tables pour les repas entre intimes… (Photos salle à manger rouge ©Fabrice Rambert Hôtel Mont Blanc / 
Ici, chaque plat de la carte de saison est une invitation au partage et à la convivialité, valeurs chères aux montagnards et au Chef. Mickey Bourdillat apprivoise le sauvage, en finesse et les produits de saison, dans le respect de la tradition en donnant large place à son inspiration… Sa cuisine est un voyage à travers les Alpes, la Vallée d’Aoste et le Bassin Méditerranéen.
Ce jour-là, le velouté de chou fleur s’avère divin, le dos cabillaud entouré de petits pois nouveaux laisse un goût très fin en bouche et la viande d’agneau est tendre à souhait. La glace au thé matcha surmontée d’une petite tuile légère saupoudrée de “blanche neige” est un délice.
Hôtel Mont-Blanc / 62 Allée du Majestic / 74400 Chamonix-Mont-Blanc / www.hotelmontblancchamonix.com/fr/

Office du Tourisme / 85 Place du Triangle de l’Amitié /  74400 Chamonix-Mont-Blanc / France

www.chamonix.com

(Texte et photos sans mention : Françoyse Krier /  Visuels marquise Le Matafan @OT Vallée de Chamonix – Salomé ABRIAL /
Photos salle à manger rouge ©Fabrice Rambert Hôtel Mont Blanc) 

 

VOIR AUSSI :

Chamonix-Mont-Blanc capitale mondiale du ski et de l’alpinisme

La Mer de Glace et le mythique refuge du Montenvers

Chamonix-Mont-Blanc Curiosités et plaisir de la découverte

Chamonix – La Maison des Artistes au diapason de la création

Chamonix Hôtel 5* Hameau Albert 1er Entre tradition alpine et modernité

Chamonix – Hameau Albert Ier Deux recettes de Chefs