Vue usr les montagnes Chamonix

Lors de randonnées, il n’est pas rare de croiser, au bord des sentiers, des plantes qui s’avèrent comestibles. Nous passons à coté des plantes sauvages, sans les voir, sans savoir qu’elles sont comestibles et que l’on peut les ajouter en cuisine, pour leurs saveurs, pour agrémenter un plat et surtout parce qu’elles sont bénéfiques pour la santé. En effet, la plupart d’entre elles contiennent des micronutriments, oligoéléments et antioxydants…

Plantes comestibles locales

A l’occasion de ces sorties, les participants ont la possibilité de découvrir et d’identifier certaines plantes comestibles locales comme la berce, l’égopode, le mélilot, l’achillée millefeuille, et même (re)cueillir quelques recettes à utiliser en cuisine !

Notre attention est attirée par la Véronique des ruisseaux appelée aussi cresson de cheval ou salade de chouette. Cette plante un peu moins fine que le cresson, se consomme en salade. Plus loin, la Matricaire odorante, réputée pour ses vertus sédatives, antispasmodiques, antioxydantes, cicatrisantes. Cette plante assez commune dont on peut faire des infusions, agit comme un sédatif léger. On peut consommer les boutons de la matricaire en salade. Son goût rafraîchissant est proche de celui de l’ananas.

 

fleurs de berse

oxalis

Fleurs de berse; oxalis; matricaire.

Nombreux sont les endroits à champignons. Découverte sous les épineux, l’Oxalis aux feuilles en forme de trèfles, souvent foncées, est une oseille sauvage. Elle est souvent utilisée en sauce pour accompagner un féra ou un omble chevalier. Lorsqu’on mâche la feuille de l’oxalis, on ressent de l’acidité en bouche : c’est l’acide oxalique.

La Berce ou patte d’ours, grande ombellifère hypotensive, aux vertus digestives, se consomme au printemps, cuits à la vapeur. Pour aromatiser du vin chaud, on peut y faire mariner des graines de berce, au léger goût de coriande et d’orange.

Un arrêt devant la Renouée du Japon, plante invasive qui, comme l’ambroisie, étouffe les plantes avoisinantes. Les chèvres sont friandes de ses graines.

Mélilotoxalisserpolet.

Mélilot; oxalis; serpolet.

L’Egopode pied-de-chèvre ressemble à la berse avec ses trois folioles et une tige triangulaire. Ses jeunes pousses se consomment crues en salade et ses feuilles allongées, cuites en légumes, n soufflets, quiches.  Surnommée herbe aux goutteux, l’égopode en décoction était utilisée pour soigner les personnes atteintes de goutte. Claude Roggen, droguiste et spécialiste suisse des plantes.

Véritable trésor pour la santé, l’Ortie est très riche en protéines, vitamine C, vitamine B3, B9, en zinc et surtout en fer. Les petits poils urticants de cette plante possèdent le même venin que celui des abeilles. De l’acide formique. On peut apprêter les orties en tartare d’herbes sauvages, accompagnées d’égopode et d’achillée millefeuille, herbe tonique, spasmodique et cicatrisante, en usage externe.

Principalement utilisé dans le traitement des troubles de la prostate, l’Epilobe est recommandé en cas de cystite et d’inflammation urinaire. Ses jolies fleurs d’un rose profond se présentent en grappes grimpantes surmontées d’une petite gousse.

Mélilot jaune

les cynorhodons, fruits de l'églantier

fleurs d'épilobe. 

Mélilot jaune; cynorhodons, fruits de l’églantier; fleurs d’épilobe. 

Antispasmodique, anti-infectieuse, l’Armoise, au goût légèrement camphré, est un excellent stimulant digestif et diurétique. Seules ses feuilles servent à préparer des infusions hivernales.

Connu des enfants sous le dénominatif de “gratte-cul”, l’Eglantier possède la faculté de conserver la vitamine C même après cuisson, ce qui est le cas pour les confitures d’églantines. La cueillette s’avère fastidieuse, en raison des épines.

Les abords du chemin sont riches en hautes tiges de Mélilot, remède aux vertus antispasmodiques, qui contient des coumarines aux propriétés anticoagulantes. L’arôme de vanille de la fleur est particulièrement agréable et s’accentue lorsque la plante est séchée. Filtré en infusion, le mélilot lutte contre l’insuffisance veineuse. C’est aussi un diurétique puissant.

Réduit en jus, le Plantain lancéolé, sert en tant qu’antiseptique en cas de piqûre de guêpe, de taon, de moustique et même d’orties, pour calmer la douleur et neutraliser l’effet du venin. A Chamonix, par exemple, on trouve aussi bien du plantain auréolé que du plantain majeur, aux vertus identiques, dont les petites graines dégagent un arôme de champignon.

Grande ortie

 armoise

fleurs de tussilage.

Grande ortie; armoise; fleurs de tussilage.

Plante grimpante, la Vesce commune appartient à la famille des pois de senteur. On en extrait une huile végétale et ses jeunes pousses peuvent être mangées en tant que légumes.

Au printemps, les fleurs du Tussilage poussent avant les feuilles et se dégustent en salade. Les propriétés de cette plante permettent de diminuer la toux et d’apaiser les infections des voies respiratoires.

Nous passons près d’un étang entouré de bouleaux. Une cure de sève de bouleaux récoltée à même l’arbre est conseillée au printemps. Cet excellent dépuratif élimine alors toutes les toxines du corps. On peut également faire macérer des bourgeons naissants de sapin dans du miel pendant 4-5 jours et s’en servir pour sucrer des infusions Antiseptiques efficaces, ils renferment de la vitamine C, soulagent des toux persistantes.

Alfred Vogel, célèbre naturopathe suisse, a beaucoup fait pour le renouveau des plantes médicinales su siècle dernier.

pièce d'eau vallée de Chamonix vallée de Chamonix

Par exemple, l’achillée millefeuille, tonique, spasmodique et cicatrisante, en usage externe, s’utiliser en salade, en complément de garniture de légumes sauvages, en tartare mélangé avec d’autres plantes sauvages telles que l’ortie, l’égopode…

orties

Recette de la Soupe aux orties 

6 poignées de feuilles d’ortie, 1 poireau, 3 pommes de terre, 2 gousses d’ail, 1 bouillon de volaille, 1 litre et demi d’eau, 15 cl de crème liquide, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, sel, poivre du moulin.

Eplucher les pommes de terre, les couper en cubes. Laver le poireau et le couper en petits morceaux. Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole et faire revenir les légumes, ajouter l’eau, le bouillon de volaille, saler un peu et poivrer. Laisser cuire 25 minutes à petit bouillon. Pendant ce temps, laver les feuilles d’ortie, les ajouter à la soupe au terme des 25 minutes. Faire cuire encore 5 minutes et passer au mixeur. Ajouter la crème, rectifier l’assaisonnement et servir. (Recette de P. Convers, chef à domicile, Chamonix)

 

Grandes photos : Françoyse Krier 

 

Voir aussi – cliquez sur l’image :

Chamonix ~ Les tribulations et œuvres d’art insolites de Josée de Vérité

Chamonix-Mont-Blanc Curiosités et plaisir de la découverte

Deux adresses incontournables au cœur de Chamonix

Refuge du Plan de l’Aiguille, lieu privilégié loin du bruit, si près de Chamonix