Musée Courbet Ornans Bicentenaire 2019Gustave Courbet est né à Ornans le 10 juin 1819. Pour rendre hommage à l’illustre peintre, le Département du Doubs a décidé de faire de 2019 une année de célébration, le « Bicentenaire Courbet », en mobilisant l’ensemble des forces vives de son territoire. La programmation du Bicentenaire Courbet réunit une centaine de projets artistiques et festifs, répartis sur l’ensemble du territoire, ouvert à tous les publics invités à (re)découvrir Courbet et à mesurer tant son génie créatif que son attachement viscéral à sa région. Ils apprécieront à quel point le chef de file du courant Réaliste a nourri son inspiration et son travail des paysages du Doubs, avec sa vallée de la Loue, sa source et ses petits villages…

Musée Courbet Ornans Maison des Illustres Musée Courbet Ornans et jardinLe musée Courbet a reçu le label Maison des Illustres délivré par le ministère de la Culture. Plus de 2000 m2 répartis en 22 salles. Une collection permanente de près de 80 oeuvres. Sous des dalles de verre coule la rivière… (Photos Françoyse Krier)

 

« Pour peindre un pays, il faut le connaître. Moi je connais mon pays, je le peins. Ces sous-bois, c’est chez moi, cette rivière, c’est la Loue, celle-ci le Lison ; ces rochers, ce sont ceux d’Ornans et du puits noir. Allez-y voir et vous reconnaîtrez tous mes tableaux »

Musée Courbet Ornans logo BicentenaireGustave Courbet est toujours resté attaché à sa famille et à ses origines ornanaises. Le jeune artiste quitte le Doubs à l’âge de 20 ans pour rejoindre Paris et y faire carrière. Il abandonne
rapidement les études de droit auxquelles son père le destine. Comme de nombreux artistes en formation, il se rend régulièrement au Louvre pour y réaliser des copies d’œuvres de maître.
Il noue également des relations fortes avec les intellectuels en vogue à l’époque comme Baudelaire, Proudhon, Monet, Whistler. Manet et Cézanne trouvent en Courbet une source d’inspiration essentielle…

Courbet est admis pour la première fois en 1844 au Salon, exposition annuelle officielle organisée par l’Académie des Beaux-Arts. Il reviendra régulièrement à Ornans où son père Régis Courbet lui fait aménager un atelier, dans lequel il y peint de nombreuses oeuvres de grand format, notamment en faisant poser les habitants, comme pour Un enterrement à Ornans (Paris, Musée d’Orsay) et Les Casseurs de pierre (œuvre détruite en 1945). Gustave Courbet peint également à de nombreuses reprises les paysages du Doubs et parfois par série, comme avec la Source de la Loue, thème de 13 tableaux en 1863-64. Grand amateur de chasse, Courbet a été un des premiers à peindre des tableaux de chasse, dont les actions se déroulent dans des paysages franc-comtois et souvent sous la neige comme L’Hallali du Cerf *(1867, Besançon, Musée des Beaux-arts et d’Archéologie) et Cerf courant dans la neige (Tokyo, Bridgestone Museum of Art) peint en 1856/1857.
En peignant régulièrement la Franche-Comté dans ses tableaux, Gustave Courbet a rendu célèbre dans le monde entier sa région d’origine.

Ornans Bicentenaire Courbet 2019 l'atelier

Atelier courbet ornans L'hirondelle

 

L’atelier d’Ornans, un lieu rêvé par l’artiste qui y fait poser du papier peint, du tissu tendu entre des baguettes créant des lambris. Lorsque Juliette, soeur cadette de l’artiste, hérite de la Villa Courbet, elle agrandit l’atelier pour faire de ce lieu ” un chez Courbet “. (Photo Françoyse Krier – Visuel Hirondelle :
Jack Varlet)

 

 

L’hirondelle a été choisie pour être l’emblème du Bicentenaire Courbet, homme farouchement libre, aussi bien dans sa démarche artistique que dans ses engagements politiques ou dans sa vie intime.
Courbet lui-même aimait cet animal, symbole de liberté, comme en témoignent les hirondelles découvertes dans son atelier à Ornans. Ce vaste espace aux murs sombres – pour lui permettre de se concentrer sur son travail en cours – s’ouvrait sur un ciel dégagé où des hirondelles virevoltent avec légèreté, comme pour annoncer le printemps.

L’atelier du maître, pour des résidences d’artistes
En 2008, le Département du Doubs a eu l’opportunité d’acquérir l’ancien atelier, à Ornans. Resté quasiment en l’état depuis 1873, il comporte encore des peintures murales de la main de Courbet, en particulier des hirondelles virevoltantes et deux paysages La Seine à Bougival et L’Escaut se jetant dans la mer. Ce lieu est destiné à accueillir des artistes en résidence.
Jusqu’en 1860, date à laquelle il entre dans son nouvel atelier, Courbet travaille dans le grenier de la maison des grands-parents maternels, les Oudot, où Régis Courbet avait aménagé un atelier pour son fils.

photo jack varlet - atelier courbet ornans Bicentenaire

Plaque sur atelier courbet ornans BicentenaireSitué au 24 place des Îles Basses (actuelle place Courbet), l’atelier – appelé communément la Villa Courbet – est “d’une grandeur assez respectable”. Courbet y fait agrandir une fenêtre qu’il fait peindre
“en vert- jaune sombre, relevé de rouge sombre ” et le plafond très haut est peint en “bleu de ciel jusqu’au quart de la hauteur des murs, cela fait
un effet fantastique, et les embrasures des fenêtres sont blanches”. (Photos Jack Varlet / FK)

Une programmation foisonnante, tout au long de l’année 2019

Si le « Pays de Courbet » entier est au cœur de l’offre, le Musée Courbet en sera un maillon essentiel,
notamment avec trois temps forts qui rythmeront l’année 2019.

 Gustave Courbet, Les Amants dans la campagneGustave Courbet, Portrait d’un chasseur allemand Gustave Courbet, Portrait de Marc-Louis Bovy,AMANTS – Gustave Courbet, Les Amants dans la campagne, vers 1867. Encre sur papier, 28,7 x 20 cm. Ornans, Musée Gustave Courbet. Crédit photo : Musée Gustave Courbet, Ornans // CHASSEUR – Gustave Courbet, Portrait d’un chasseur allemand, vers 1850-1860. Crayon noir et fusain sur papier, 19,2 x 16,5 cm. Collection privée suisse. Crédit photo : Société Courbet, Genève // BAUD-BOVY – Gustave Courbet, Portrait de Marc-Louis Bovy, 1874. Fusain sur papier, 53 x 46 cm. Collection privée suisse. Crédit photo : Tous droits réservés.

 

Exposition Courbet dessinateur, du 15 février au 29 avril 2019
L’exposition inaugurale du Bicentenaire, Courbet dessinateur, est centrée autour d’un corpus d’environ vingt dessins inédits provenant d’une collection privée. Ces feuilles, issues de la succession de Courbet, constituent un sujet d’étude polémique mais particulièrement intéressant. Principalement consacré au paysage, l’ensemble a appartenu jadis au peintre genevois Emile Chambon, grand admirateur de Courbet, à qui l’on
doit aussi des peintures-hommages à Courbet, dont plusieurs seront présentées à cette occasion. Une vingtaine de dessins provenant des grandes collections publiques complèteront la présentation. Des peintures viendront également ponctuer le parcours pour mieux éclairer la fonction du dessin dans l’œuvre de Courbet.

L’œuvre dessinée de Gustave Courbet n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude monographique, peu de dessins du peintre étant connus mais aussi parce qu’une vaste controverse a divisé les spécialistes dans les années 1980 autour de l’authenticité d’un ensemble de feuilles provenant du Fonds Reverdy. Cette exposition sera reprise à l’automne 2019 au Musée Jenish de Vevey (Suisse).

Point d’orgue du Bicentenaire, du 10 juin au 30 septembre 2019
Le deuxième temps fort coïncidera avec le jour de célébration de l’anniversaire de Courbet, le 10 juin 2019 : l’ouverture de l’exposition Yan Pei-Ming face à Courbet (du 10 juin au 30 septembre 2019). Cette exposition sera une confrontation entre les œuvres du peintre d’Ornans et celles d’une figure de l’art contemporain international, l’artiste franco-chinois Yan Pei-Ming – né à Shangaï en 1960 – qui pour l’occasion sera en résidence à partir de mars 2019 dans le dernier atelier de Courbet récemment restauré, à Ornans.

Yan Pei-Ming CourbetEt c’est Yan Pei-Ming, le plus français des peintres chinois, qui se confrontera à une dizaine d’œuvres majeures du maître d’Ornans. C’est d’ailleurs dans l’atelier de Courbet à Ornans que
Ming réalisera à partir du mois de mars 2019 les toiles qui viendront relever le défi d’un face-à-face. L’exposition Yan Pei-Ming face à Courbet s’attachera à traduire les multiples connivences artistiques entre ces deux peintres à quelque six générations d’écart. Car il y a dans la manière d’être et de peindre de Yan Pei- Ming bien des points communs avec Courbet, un geste large et sûr, une bataille livrée sur de grands formats et toujours une densité émotionnelle que l’artiste sait cacher sous son apparence sereine et joyeuse.

 

Affinités entre Gustave Courbet et Ferdinand Hodler, du 31 octobre 2019 au 5 janvier 2020
L’exposition de clôture du Bicentenaire Courbet/Hodler met à l’honneur deux grands peintres, deux générations qui se succèdent et qui ~ de la rupture des codes artistiques par Courbet aux paysages rythmiques de Ferdinand Hodler (1853-1918) ~ illustrent les mutations esthétiques de l’histoire de l’art européen au XIXème siècle.
Lorsque que Courbet s’exile en Suisse en 1873, Ferdinand Hodler, âgé de vingt ans, est à Genève depuis deux ans et les deux artistes vont évoluer dans les mêmes cercles d’amis autour du peintre Barthélemy Menn, professeur de Hodler, et surtout proche de la famille Baud-Bovy. Les membres de celle-ci sont liés depuis longtemps à Courbet par l’intermédiaire du peintre Corot. Courbet peint le portrait de Maurice Baud-Bovy et Hodler se lie d’amitié avec Auguste Baud-Bovy et son fils Daniel.

Ferdinand Hodler, Autoportrait,Ferdinand Hodler, Petit ArbreL’exposition, construite à partir des archives de Jura Bruschweiler (1927-2013), historien de l’art suisse spécialiste de Hodler, a permis au Musée Courbet de bâtir un partenariat scientifique avec la Fondation Hodler de Genève et d’avoir accès à des documents inédits. Courbet et Hodler
partagent les idéaux républicains des Baud-Bovy qui vont jusqu’à vivre selon la philosophie fouriériste en transformant leurs propriétés de Gruyère et de Genève en familistères ouverts à tous. Ils exposent ensemble à plusieurs reprises en Suisse en 1874, 1876 et 1878. Une constante restera commune chez les deux peintres : leur intérêt pour les autoportraits, la nature et la promotion de leur art.

Ferdinand Hodler, Autoportrait, vers 1908. Crayon au graphite sur papier, 17,7 x 11 cm. Genève, Archives Jura Brüschweiler, inv. CB-089. © Archives Jura Brüschweiler, Genève / Pierre Montavon // Ferdinand Hodler, Petit Arbre, 1915. Huile sur toile, 81 x 61 cm. Collection privée © Archives Jura Brüschweiler, Genève / Pierre Montavon

 

Autres rendez-vous exceptionnels en 2019

Eugène Feyen, Courbet peignant dans le parc du séminaire d’Ornans,~ Un colloque scientifique international, 1819-2019 : Courbet autrement, organisé par le Département du Doubs et la Ville d’Ornans, en collaboration avec l’Université de Besançon, les 27, 28 et 29 juin 2019,
proposera une approche renouvelée de Gustave Courbet et de son influence sur l’art de son temps et d’aujourd’hui. Sous le patronage du philosophe Jean-Luc Marion, membre de l’Académie française. (Ci-contre: Eugène Feyen, Courbet peignant dans le parc du séminaire d’Ornans, 1864 Tirage moderne Ornans, musée Gustave Courbet. Photo : Pierre Guenat // Ci-dessous, Ferme de Flagey – Photos Françoyse Krier)

~ L’Orchestre des Nations, dirigé par Jordi Saval, en résidence à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, offrira un concert événement dans le cadre de la programmation du Bicentenaire. Le 3 septembre à la Saline royale
d’Arc-et-Senans.

~ La Ferme Courbet à Flagey, propriété de la famille Courbet et où le peintre séjourna souvent, fêtera ses 10 ans en 2019 et proposera une programmation événementielle exceptionnelle tout au long de l’année. Celle-ci sera notamment appuyée sur une grande exposition consacrée
à Léon Isabey, architecte et ami de Courbet.

~ Les quatre saisons du Département (Saison numérique, Printemps des amateurs, Résidences d’artistes, Patrimoine commun) seront aux couleurs du Bicentenaire Courbet, avec à titre d’exemples une installation numérique qui prendra pour sujet Gustave Courbet, un Printemps des amateurs qui sera consacré au peintre, comme l’une des résidences d’artiste qui se tiendra pendant l’été.

~ Les Archives départementales accueilleront l’exposition Archives et paysages proposant une réflexion sur l’évolution des paysages dans le temps.

~ La Médiathèque départementale initiera des actions de redécouverte et de réappropriation de Courbet.

De nombreuses institutions, compagnies, etc. proposeront plusieurs dizaines de projets artistiques, scientifiques, culturels, sportifs et festifs.

Ornans : Ferme de Flagey Ornans : Ferme de Flagey chambre Courbet Ferme de Flagey chambre Courbet Ferme de Flagey près OrnansL’après célébration du Bicentenaire Courbet…

Le Département du Doubs continuera à se mobiliser autour de cette immense figure artistique avec la réhabilitation du Musée Courbet, le réaménagement de la ferme familiale à Flagey – qui fêtera ses 10 ans
avec l’exposition Isabey, l’architecte de Courbet – l’acquisition du dernier atelier du peintre à Ornans, l’aménagement du parcours de randonnée. Fort de la labellisation ethnopôle, unique en France, ainsi que de la programmation du Pays de Courbet qui viennent lier l’ensemble de ces sites en un seul et même projet de découverte culturel et scientifique, le Département invite plus que jamais en 2019 les publics de tous les horizons à venir arpenter les sentiers de Courbet, à explorer des lieux et sujets emblématiques qui ont nourri une œuvre immense.

Affiche Bicentenaire Courbet Ornans Affiche Courbet dessinateur Ornans

 

 

Programmation complète sur :

www.musee-courbet.fr

Musée Gustave Courbet ~ 1 Place Robert Fernier, 25290 Ornans, France

Horaires d’ouverture
Tous les jours sauf le mardi, en avril, mai et juin, de 10h à 12h et de 14h à 18h, de juillet à septembre, de 10h à 18h,
d’octobre à mars de 9h à 12h et de 14h à 17h.

 

 

 

 

 

*  Voir aussi : Courbet parmi les chefs-d’œuvre de Besançon au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie

Les chefs-d’œuvre de Besançon Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie

Et également : Bicentenaire Gustave Courbet à La Tour-de-Peilz, ville suisse jumelée avec Ornans

2019 : Bicentenaire Gustave Courbet à La Tour-de-Peilz (Suisse)