Le Lac du Bourget

Avec le Léman, le Lac du Bourget est le plus grand lac d’origine glaciaire de France. D’une superficie de 44,5 km2, il s’étire tout en longueur et sa profondeur maximale est de 145 mètres. On trouve la ville thermale d’Aix-les-Bains  sur la rive est, et la ville de Chambéry plus au sud.

Longtemps été connu sous le nom de« lac de Châtillon », du nom d’un château qui contrôlait la voie navigable vers Lyon, il ne prendra sa dénomination de « Lac du Bourget » qu’au XIIIème siècle. Localement, il est parfois aussi appelé « lac d’Aix » ou « lac gris ».

Ponton sur le Lac du Bourget« Le lac du Bourget est un adorable miroir encadré de montagnes assez élevées et d’un aspect à la fois sauvage et doux… une végétation qui réjouit, des constructions très jolies… Ici la vigne monte sur les arbres et croise ses berceaux sur les champs comme en Toscane ».
Ainsi s’exprimait George Sand qui, revenant d’un séjour dans le Midi de la France fit un détour par la Savoie avant de rentrer dans son cher Nohant. « Ce que vous me dites de votre Savoie où il fait beau, et de votre habitation où il y a des plafonds bleus, donne envie d’y aller, d’autant plus que c’est la France à présent… », écrit-elle en 1860 à son éditeur qui vit à Ronjoux, au bord du lac.
(Visuel : Ponton, vue sur le lac. Gil Wirth
Photographies-Aix Riviera)

Un an plus tard, la romancière lui  annonce son arrivée avec ses mots : « Je viens pour vous voir et pour admirer votre Savoie que l’on dit si belle ». George Sand situera l’action de «Mademoiselle La Quintinie», autour du lac du Bourget.

Venue trois fois, incognito sous le titre de Comtesse de Balmoral, la reine Victoria se plaisait tant à Aix et environs, pour l’eau, pour le climat, qu’elle voulut acquérir en 1888 un domaine sur la colline de Tresserve pour construire une résidence. Ce projet ne se réalisa pas.

 

Alphonse de LamartineOde au Lac du Bourget

Alphonse de Lamartine arrive à Aix-en-Savoie le 1er octobre 1816. Il loge dans une pension en haut de la ville. Dans la chambre voisine, réside une jeune femme, Julie Charles, épouse du physicien Jacques Charles, qui souffre de tuberculose pulmonaire, et se sait condamnée. Au cours d’un voyage à l’Abbaye de Hautecombe, sur le lac soudain en tempête, le poète sauve Julie d’une barque en perdition.
Leur idylle éphémère, passionnée et désespérée, sera l’emblème de l’amour tel qu’il sera conçu au XIXème siècle. Lamartine part le 26 octobre. Il revient à Aix-les-Bains l’été suivant, mais Julie ne peut plus quitter Paris, et sa maladie l’emportera peu après.

 

Premier manifeste du Romantisme français

Revenant seul sur les lieux de leurs rencontre, le poète est surpris de réaliser que la nature est restée semblable, indifférente à sa tristesse. Il écrit «Le Lac», long poème mélancolique, égérie de l’amour brisé, qui fut publié en 1820 dans un recueil intitulé « Méditations poétiques », véritable manifeste de tous les thèmes romantiques. Ce recueil, et aussi le roman «Raphaël», feront d’Aix-les-Bains, dans l’esprit du grand public, le paysage romantique par excellence.

Bicentenaire Lamartine Aix-les-Bains

De février à juillet 2019, la ville d’Aix-les-Bains ont eu lieu les commémorations du 150e anniversaire  de la mort d’Alphonse de Lamartine, le 28 février 1869. Ses  “Méditations poétiques”, vers lyriques évoquant les inquiétudes amoureuses et spirituelles d’une âme tourmentée, correspondaient à la sensibilité d’un public que les auteurs classiques ne satisfaisaient plus. En menant une brillante carrière de diplomate en Italie, Lamartine continua d’explorer la même veine lyrique, avec les Nouvelles Méditations (1823), la Mort de Socrate (1823) et le Dernier Chant du pèlerinage de Childe Harold (1825), qui est un hommage à Byron. Élu à l’Académie française en 1830 (Institut de France), il connut un nouveau succès en publiant ses Harmonies poétiques et religieuses, oeuvre d’un lyrisme puissant révélant un poète en pleine possession de son talent.

Musée Faure AIx-les-Bains chambre de LamartineAIx-les-Bains Lamartine en trompe l'oeilAIx-les-Bains statue de Lamartine Lac du Bourget grotte de Lamartine

 

Sur les pas du poète

La statue d’Alphonse de Lamartine a été érigée à l’entrée du parc floral des Thermes, en 1990, à l’occasion du bi-centenaire du poète. La statue est une copie interprétée, réalisée par l’artiste chambérien, Livio Benedetti, d’après une statuette en terre cuite de l’artiste nivernais, Emile Boisseau (1842-1923). La statuette est conservée au musée Faure d’Aix-les-Bains.
Le Musée Faure, installé dans une villa de style génois, du début du XXème siècle, a été fondé en 1949 pour accueillir le legs du Docteur Faure. On peut y voir une reconstitution de la chambre qu’occupait Lamartine à la pension Perrier. On y retrouve quelques objets personnels tels son acte de naissance, ses tasses, et un buste, copie du portrait de David d’Angers réalisé en 1829, alors que le poète est au summum de la gloire.

Située sur la commune de Bourdeau, la grotte de Lamartine est creusée au pied du mont du Chat, sur la rive ouest du lac du Bourget. La grotte tient son nom du poète qui était connu pour avoir passé de nombreuses heures au pied de cette grotte, d’abord avec Julie Charles en 1816, puis seul l’année suivante, d’où il écrivit les vers de son célèbre poème Le Lac, parmi lesquels : « Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre où tu la vis s’asseoir ! »

Devant la grotte de Lamartine, une petite « plage » de galets et rochers, en bordure du lac. Relativement isolée, elle n’est accessible que par un petit sentier rejoignant la route conduisant au port de Bourdeau.

(Visuels Musée Faure–Chambre de Lamartine – AixRiviera // Grotte Lamartine : Lac du Bourget-Gilles Lansard – Aix Riviera)

Lac du Bourget le soir Barques sur le Lac du Bourget

 

(Texte et photos sans mention : Françoyse Krier)