Château de Gruyères Le temps de Noël en AppenzellCet hiver, le Château de Gruyères met à l’honneur des traditions vivantes hautes en couleur qui animent chaque année les deux demi-cantons appenzellois. Inscrits à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel helvétique, mais peu connus en Suisse romande, Silvesterchläuse, Omsinger, Devisli et Chlausebickli prennent le chemin de la Gruyère, autre terre de grandes traditions, et dévoilent leur histoire et leurs secrets. 
De novembre au 14 janvier 2018, le Château de Gruyères ouvre ses portes aux fascinantes traditions qui rythment le temps de Noël en Appenzell, de la Toussaint au Nouvel An, à travers une sélection d’objets et de costumes historiques, de photographies et de documents audiovisuels.

Château de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell chapeau Femme Château de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell chapeau Femme ancienChâteau de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell ensemble chapeauxChâteau de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell chapeaux Hommes 

Traditions bien vivantes
Séparées depuis la fin du XVIe siècle pour des motifs religieux, Rhodes-Intérieures (catholique) et Rhodes-Extérieures (protestant) ont développé au fil des siècles des pratiques distinctes que l’exposition met en lumière. Tous les sens des visiteurs sont convoqués pour admirer les monumentaux chapeaux des Silvesterchläuse, sentir la douce senteur des pains d’épice décorés avec minutie par de véritables artistes et écouter le chant des Omsinger qui perce la nuit dans les campagnes enneigées d’Appenzell.

Cette tradition de la Silvesterchläuse, fêtée deux fois l’an le le 31 décembre selon le calendrier grégorien et le 13 janvier dans le calendrier julien, se pratiquait tant dans la partie catholique que dans la partie protestante du canton. Mais l’église catholique ayant amendé les personnes revêtant costumes et chapeaux confectionnés pour cette occasion considérée comme païenne, les catholiques se sont d’abord cachés pour les porter, avant d’abandonner cette coutume (Photo à gauche, ensemble de chapeaux et masques : Château de Gruyères)

Château de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell masquesChâteau de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell laid masques, grelots

 

Appenzell Rhodes-Extérieures
Du côté protestant, l’église a demandé que ces costumes, portés dès la période de l’Avent, soient exhibés après Noël. Aujourd’hui, ils sont donc portés deux fois l’an, notamment à Urnäsch. Ces personnages sont divisés en trois groupes : les Schöne – les Beaux – personnages féminins et masculins.  La tradition exige que seuls les hommes sont autorisés à revêtir ces costumes. Tous portent des masques, avec barbe pour les hommes et fleurette à la commissure des lèvres pour la représentation des femmes. Vêtus de la robe traditionnelle, les personnages-femmes portent d’immenses chapeaux en demi-cercle symbolisant le soleil invaincu, ornés de perles de verre, de rubans multicolores, de petits miroirs, tandis que les représentants-hommes portent des chapeaux plus plats mais tout aussi garnis et accusant un poids d’environ 10 kg ! Dans les niches des coiffes et sur la partie supérieure des chapeaux, sont représentées des scènes de la vie agricole.

Tout s’avère très réglementé : les personnages ouvrant et fermant le cortège – les «Vorrolli» et les «Noerolli» – portent 13 lourds grelots, fixés sur une ceinture de cuir au niveau des épaules, du dos et de la poitrine. Les personnages du milieu portent une seule grosse cloche.

Après les Schöne, place aux Wüeschte – les Laids – porteurs de masques effrayants faits de papier mâché et matériaux naturels : branchages, feuilles, dents d’animaux… Dès l’automne, chaque personnage s’attelle à créer son propre costume d’un poids d’une trentaine de kilos.

Château de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell costumes homme FemmeChâteau de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell détail cape HommeChâteau de Gruyères Le temps de Noël en Appenzell Homme Laid

 

Entre les beaux et les laids, les «Schö-wüeschte», vêtus aussi de costumes en matériau naturel, mais dont les masques gardent une forme humaine. Leurs vestes sont le fruit d’un travail minutieux : pommes de pin, mousse, écorces, coquilles d‘escargot, faines, glands…

Tous ces groupes différents s’en vont à l’aube du 31 décembre et du 13 janvier, de ferme en ferme souhaiter la bonne année, chanter le yodel sans paroles, et achasser les mauvais esprits de l’hiver en agitant cloches et grelots, selon une chorégraphie transmise de génération en génération.  Ils se voient offrir boisson revigorante et petites pièces sonnantes…

Le soir du 31 décembre, ils font la fête jusqu’au lendemain. Et remettent ça du 13 au 14 janvier !

Appenzell Rhodes-Intérieures
La tradition voulait que les parrains et marraines offrent des pains d’épice nommés Chlausebickli  à leurs filleuls/les. Les enfants le mettaient aux fenêtres, dessins tournés vers l’extérieur, puis retournés vers l’intérieur lors de visites à la maison. C’était une sorte de concours entre enfants, à savoir qui avait reçu le les plus beaux Chlausebickli… Ceux-ci, faits à la main par les boulangers, nécessitaient de nombreuses heures de travail.

Chlausebickli Appenzell NoëlChlausebickli Noël Costumes Appenzell Chlausebickli Appenzell Père Noël

 

Ces Chlausebickli disparaissaient la nuit de la St-Nicolas, pour réapparaître le 25 décembre, sous forme de pyramide en pains d’épice, le Chlausezüüg, le plus important ornement des maisons appenzelloises durant les fêtes de fin d’année surmontée d’un petit conifère, parée de saynètes en pâte de sucre (Devisli), de pommes croquantes et qui détrônait, le soir de Noël, le traditionnel sapin aux côtés de la crèche.
Cette pyramide était constituée de tresses superposées piquées de pommes. Les Chlausebickli étaient ensuite épinglés dessus. Dans la soucoupe, on mettait des poires séchées, des noix, et autres fruits de saison. Selon les familles, on commençait petit à petit à démonter et à manger les Chlausebickli dès le 24 décembre ou à Nouvel An. Suite au rationnement alimentaire subi lors des deux Guerres mondiales, les Chlausebickli ne furent plus mangés, et lee Chlausezüüg rangés en tant que décoration de Noël puis ressortis lors des fêtes suivantes. Actuellement, leurs structures sont en bois.

Appenzell Noël coutume Chlausezüüg Appenzell Noël coutume pains d'épice sur ChlausezüügRaüchle, autre coutume : la bénédiction donnée par le maître de maison. Muni d’une Räuchlipfanne, poële dans laquelle brûle de l’encens et une branche consacrée et conservée depuis les Rameaux,
il laisse se répandre le nuage bleu de l’encens qui se consume.  Ce rituel vise à protéger hommes et animaux durent l’année à venir. Les chants des Omsinger résonneront bientôt à travers la campagne.

 

Texte DP & FK – Photos sans mentions : Françoyse Krier 

 

Château de Gruyères Exposition AppenzellChlausezüüg coutiume AppenzellLe temps de Noël en Appenzell  –  Traditions des Rhodes-Intérieures aux Rhodes-Extérieures. A admirer jusqu’au 14 janvier 2018. L’exposition a bénéficié du soutien du Museum Appenzell et de l’Appenzeller Brauchtumsmuseum Urnäsch. (Photo Chlausezüüg : Château de Gruyères)

Château de Gruyères / Rue du Château 8 / CH – 1663 Gruyères / www.chateau-gruyeres.ch