Cassis bouches du rhône vue généraleTableau : Jean Baptiste OLIVE6- Port de Cassis.  Collection particulière. photo : Aleksander Rabzuck) Cassis maisons colorées sur le port

 

gare de Cassis poème de Frederic Mistral Se noun a vist Cassis

« Qui a vu Paris et pas Cassis, n’a rien vu »… Car tau quà vist Paris, coulègo, Se noun a vsit Cassis, poù dire : N’ai rèn vist.
Ces mots de Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature en 1904, sont gravés sur une plaque posée sur un mur de la petite gare de Cassis, 1925, en 1925, par les soins du Syndicat d’initiative de Cassis et de la fédération des syndicats d’intiative de Provence.
Frederi Mistral ou Mistrau fait partie des écrivains provençaux les plus célèbres avec Jean Giono, Alphonse Daudet et surtout Marcel Pagnol, lequel a vécu à Aubagne, petite ville voisine sur la ligne Marseille-Cassis. Par son œuvre, le poète-écrivain a réhabilité la langue d’oc en la portant aux plus hauts sommets de la poésie épique. Il se lancera dans un travail de bénédictin pour réaliser le dictionnaire le plus riche de la langue d’oc. Ce dictionnaire bilingue provençal-français, en deux grands volumes, englobe l’ensemble des dialectes d’oc. (Tableau : Jean Baptiste OLIVE -1848-1936- Port de Cassis.  Collection particulière. Crédit photo : Aleksander Rabzuck) 

Le BLANC et l’OCRE ROSE des falaises
Véritable bijou situé non loin de Marseille, le village de Cassis (prononcez Cassi) est bâti en amphithéâtre en bord de Méditerranée, entre le Cap Canaille et les célèbres Calanques. Les impressionnantes falaises du Cap Canaille – 399 m, les plus hautes de France et haut lieu de géologie – composées de dépôts calcaires, marins et fluviaux offrent un contraste de couleurs qui évoluent au fil de la journée, et sont particulièrement belles au coucher du soleil. Une lumière qui inspira les fauves tels Derain (“Une pinède à Cassis”, 1907), le pointilliste Signac (“Baie de Cassis, Cap Canaille”, 1889), Vlaminck, Matisse, Dufy…
Du côté opposé, la blancheur du Massif des Calanques, tout aussi impressionnant. Deux sites naturels classé, parmi les plus beaux du littoral méditerranéen… Le site des Calanques s’étend sur 4’000 hectares et la visite se fait au départ de Cassis.

 

Cassis les armes de la ville sur une porte Cassis les armes de la ville sur les pavés Cassis les armes de la ville sur un mur

 

Les armes de la ville : “D’azur à la crosse d’or accompagnée de deux poissons affrontés d’argent posé en pal”, représentent la crosse épiscolale des évêques de Marseille, seigneurs de Cassis. Les deux poissons symbolisent l’une des principales ressources de Cassis. Car Carsicis Portus, aménagé à l’époque romaine, est un port dont les activités ont longtemps été la pêche et le commerce avec la Méditerranée. Actuellement moins nombreux, les pêcheurs partent tôt le matin à bord de leurs “pointus” (appellation utilisée dans les Alpes-Maritimes et le Var, aux barques de pêche traditionnelles de la mer Méditerranée) et rapportent dorade, bars, bonites, encornets…
Au XVème siècle, Cassis est rattachée au Comté de Provence et devient française en 1486. La cité sera gérée par les évêques jusqu’en 1789.
AU XVIIIème siècle, la ville se développe autour du port. Au début du XXème siècle, Cassis attire les riches Marseillais en villégiature.

L’eau BLEUE de la Méditerranée
Les façades colorées de ce joli port abrité du Mistral, les nombreuses terrasses des cafés et restaurants – Chez César la Suite, la Marine,…– attirent de nombreux visiteurs. Et ce, été comme hiver, en raison d’un remarquable microclimat. Les acrivités sont nombreuses : Jazz sur le toit, marché des potiers, Nuits vagabondes, Nocturnes littéraires, joutes, Fêtes de la mer, quai des artistes… Sans oublier la plongée, le kayak, les balades sous l’eau, le sentier marin…

cassis le four banal - costumes provençauxCassis Eau de Cassis, parfumeur-créateur, Corinne La ville regorge de ruelles fleuries où il fait bon flâner et découvrir le marché provençal du mercredi et samedi matins, des petites boutiques comme l’Eau de Cassis, parfumeur-créateur, où Corinne présente de subtiles fragrances empreintes des senteurs du Sud : www.leaudecassis.com; des bars à vins, tels le Chai Cassidain et le Divin0 apprécié par Sophie le Saint présentatrice au Journal de Télématin, lors de ses passages à Cassis. 

Le four banal du XVIIème siècle accueille des expositions sur les traditions provençales. Sans oublier la grande place du village, juste à côté de la plage, où chaque après-midi des boulistes viennent s’affronter. Car la pétanque est une véritable institution à Cassis ! La pétanque, sport pratiqué seulement dans les régions méditerranéennes en début du XXème siècle, tire son nom du provençal pè « pied » et tanca « pieu », ou encore « pés tanqués », c’est-à-dire avec les pieds joints et ancrés sur le sol. Car à ce jeu, on doit garder les des pieds l’un contre l’autre (dans un rond) au moment où on lance sa boule. Lors du premier concours officiel à la Ciotat en 1910, l’expression “pétanque” a été officialisée…

Cassis statue de Calendal Cassis vue sur le ChâteauCassis peintre sur le portCassis le château de nuitLa statue de Calendal, petit pêcheur d’anchois cassidain qui accomplit 12 travaux pour séduire la belle Estérelle. Ce héros du poème éponyme de Frédéric Mistral, est à l’honneur sur le front der mer, depuis sa réédification en pierre de Cassis, en 2000.

Ancien consul de Marseille, Désiré de Moustiers, fit construire ce superbe hôtel particulier du XVIIème siècle, devenu l’Hôtel de ville : cour caladée  – pavée de galets comme de nombreux édifices méditerranéens –, vestiges médiévaux en sous-sol visibles sous des dalles de verre à l’accueil, escalier grand siècle, salon d’honneur avec cheminée d’époque… Une plaque visible dans la cour montre la hauteur qu’a atteint l’eau le 19 octobre 1858. Sur la place, une fontaine en pierre de Cassis.

Cité fortifiée de 4’850 m2, dominant la mer, le château abritait quelque 250 personnes au Moyen-Age. Propriété de la famille des Baux, c’est aujourd’hui une propriété privée qui propose des chambres d’hôtes de luxe.

Cassis bibliothèque municipale Villa Ariane Cassis Villa Ariane statues ornant le toit de la bibliothèque municipale

Au début du XXème siècle, la Villa Ariane, devenue Bibliothèque municipale, était un hôtel appelé Beau Site. Rachetée en 1963 par une famille qui aimait beaucoup l’Italie, la villa fut ornée sur le toit, de neuf statues représentant neuf muses. A ce jour, elles ne sont plus que six.

La “Maison de Cassis” : cet ancien presbytère du début du XVIIIème siècle abrite le Musée municipal Méditerranéen des Arts et Traditions Populaires. Il abrite notamment de splendides collections archéologiques. Le conservateur Jean-Claude Caillol présente avec passion et fierté, poteries, amphores, tégulae (tuile plate servant à couvrir les toits), monnaies découvertes au cours des fouilles effectuées à Cassis. Cette exposition a été enrichie par du mobilier de fouilles sous-marines prêté par le DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines), en provenance des épaves environnantes de Cassis, correspondant aux périodes étrusque, grecque et gallo-romaine. De magnifiques photographies de plongées sous-marines illustrent les murs des salles consacrées à ces collections archéologiques.

Cassis la pétanque boule de cassisCassis une ruelle fleurieCassis Musée municipal Méditerranéen des Arts et Traditions Populaires. Archéologie

De nombreux édifices sont bâtis en pierre de Cassis, roche calcaire d’une extrême résistance, composée d’oxydes de fer, ce qui en fait un minerai très recherché pour la sculpture. Exploitée dès l’Antiquité, plusieurs carrières ont été exploitées puis abandonnées. La pierre de Cassis à été utilisée notamment pour les quais d’Alexandrie, de Port-Saïd, le socle de la statue de la Liberté à New York, le phare de Cassis…  Ce dernier, une  tourelle édifiée en 1859 en pierre de Cassis, mesure 23 mètres de hauteur. Les fonds sous-marins des alentours sont exceptionnels et offrent de belles explorations en plongée sous-marine.

Cassis, le port, le phare

VERT comme le vignoble cassidien
Un des premiers vignobles classés en France, un des premiers à avoir reçu l’appellation AOC – Appellation d’Origine Contrôlée –, le vin de Cassis est produit par douze domaines, sur 210 ha de vignes situées exclusivement sur la commune de Cassis. Ce vignoble est protégé du mistral par la hauteur des collines environnanes, et les vendanges se font à la main. Ce vignoble produit 6’000 hectorlitres de vin blanc, rouge et rosé. Cépages blancs comme la clairette, la marsanne, le sauvignon… Cépages rouges tels le grenache, le cinsault, le mourvèdre…

Le golfe de CassisCassis le Clos Ste magdeleine Cassis le Clos Ste magdeleine cuves ovoidesLe Clos Ste Magdeleine s’étend sur près de vingt hectares, directement sur les flancs du Cap Canaille, soit un emplacement présentant les premières traces du vignoble cassidien, fin du XIVème siècle. La vue sur la baie de Cassis y est époustouflante…
Le domaine qui appartient depuis quatre générations à une famille d’industriels grecs, possède d’anciennes et très vastes caves climatisées, en partie souterraines, qui permettent la vinification et la conservation des vins dans des conditions naturelles. La cuvée “Bel-Arme” provient de vignes âgées de 50 ans et plus, plantées en “restanques” (constructions de pierres sèches façonnant des terrains pentus en terrasses). Fait unique : le jus récolté est stocké dans des cuves en béton brut, de forme ovoïde, pendant plusieurs mois. Le vin est ensuite passé dans des cuves en inox avant sa mise en bouteille, sans collage ni filtration. Plusieurs récompenses ont consacré le travail fourni sur les vins blancs et rosés. Leur production certifiée BIO garantit une gestion durable des sols et de l’environnement. Des visites oenotouristiques, ludiques et complètes permettent de découvrir l’histoire du domaine ainsi que le processus d’élaboration des vins. Le Clos Ste Magdeleine – Caveau de vente ouvert du lundi au samedi / Avenue du Revestel / 13260 Cassis. www.clossaintemagdeleine.fr

La production viticole est une passion pour Jean Tigana, réinstallé chez lui, à Cassis. L’ex-milieu star de l’équipe de France a acquis, en 1997, un domaine de neuf hectares de vignes. Ses caves, creusées à même le roc, protègent les cuves. « La Dona Tigana », qui produit du rosé et du blanc de Provence. « La Dona Tigana » reçut la médaille d’or du concours général agricole en 2009. Les caves, creusées à même le roc, protègent les cuves.
En 2016, Jean Tigana a organisé en 2016 son jubilé, 25 ans après son dernier match professionnel. Depuis, le stade de la ville a été rebaptisé “stade du Pignier-Jean Tigana”.
La fête des vins de Cassis a lieu tous les premiers dimanches de septembre, avec messe des vendangeurs, dégustations et rencontres avec les vignerons.

Plus haut, la route des crêtes conduit cyclistes et voitures de Cassis à la Ciotat. Cette route panoramique – classée – s’élève à plus de 400 m et surplombe la mer au travers plusieurs virages. Très spectaculaire, elle est dominée par le Cap Canaille. Des belvédères sont aménagés pour permettre d’admirer le panorama exceptionnel : le golfe de Cassis et ses calanques, la Baie de La Ciotat avec la vieille ville et l’Ile Verte en toile de fond. Plus loin, le Massif des Calanques se découpe pour plonger dans la mer. Par temps très dégagé, on aperçoit la chaîne des îles de Marseille.

Cassis vue depuis la route des Crêtes

Texte et photos : Françoyse Krier

Remerciements à : Bouches du Rhône Tourisme – www.myprovence.fr

Office du Tourisme de Cassis – www.ot-cassis.com