Besançon L'atelier de moulage

Protéger, sauver le patrimoine… L’engouement des Français ne se dément pas : c’est devenu une certitude, surtout lors des Journées du patrimoine qui font se déplacer des millions de personnes. La reproduction de statuettes et d’objets des collections constitue une grande partie du travail effectué dans les ateliers de moulage. Il en existe peu en France.
La tradition du moulage en plâtre remonte à la Renaissance. Faute de pouvoir acquérir des antiques découverts à Rome, le roi François Ierenvoie des artistes en Italie pour réaliser des prises d’empreinte sur les originaux, ouvrant ainsi la voie à d’importantes collections de reproductions d’antiques en plâtre ou en bronze.
A la fin du XVIIIème siècle, les reproductions d’œuvres d’art connaissent un succès sans précédent et la demande se fait très forte. Premier atelier de moulage rattaché à un musée, l’atelier de moulage du Louvre, fondé en 1794, sert de modèle à bien d’autres établissements, en France comme à l’étranger. Les ateliers de moulage procèdent à des milliers de prises d’empreinte, à partir desquelles sont réalisés des moulages en plâtre, destinés en premier lieu à compléter les collections des musées.

Besançon atelier de moulage le taureau d'AvrigneyBesançon vue de l' atelier de moulage

Histoire de l’atelier

Tout d’abord installé au palais Granvelle, l’atelier de moulage du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie s’est déplacé au n° 34 de la rue Ronchaux,
au cœur du quartier Saint-Jean, avant d’occuper des locaux plus adaptés rue Antide Janvier. Spécialisé à l’origine, dans la restauration de mosaïques, il s’est orienté au fil des ans dans la reproduction d’objets conservés dans les musées de Besançon. C’est aujourd’hui sa principale activité et un grand nombre de moulages (près de 800 chaque année) voient le jour à l’atelier.
Créé en 1959 à l’initiative de Marie- Lucie Cornillot, conservateur des musées, l’atelier est dirigé jusqu’en 1983 par Alfred Monterosso, mouleur et restaurateur de mosaïques qui a débuté sa carrière dans l’un des plus beaux musées de mosaïques du monde, le Musée du Bardo à Tunis.

L’atelier, qui travaille principalement pour les musées de Besançon, est régulièrement sollicité pour des travaux extérieurs car il n’existe que peu de structures de ce type en France. Il fonctionne aujourd’hui avec une équipe de trois personnes qui réalisent des moulages et restaurent des sculptures en plâtre et des cadres. Les artistes municipaux ont suivi plusieurs stages de perfectionnement aux ateliers du Louvre, au centre de paléontologie de Villeurbanne et au centre régional de restauration de Vesoul. La direction de l’atelier est assurée aujourd’hui par Alexandre Rioton qui a pris la succession de Eric Groslambert en 2015, lui-même successeur d’Alfred Montérosso depuis 1983.

Besançon moulage d'un blason

Besançon atelier de moulage Lionel Estavoyer et Alexandre RiotonBesançon moulage buste de Victor HugoMoulages d’un blason et du buste de Victor Hugo. Au centre, Lionel Estavoyer et Alexandre Rioton.

Les moulages produits ici sont mis en vente dans les différents musées de la ville (Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie ; Musée du Temps et Maison Victor Hugo). L’atelier alimente également le cabinet du Maire qui vient y chercher les cadeaux à offrir aux personnalités de passage à Besançon. Venu inaugurer le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie en novembre 2018, le Président de la République, Emmanuel Macron, a ainsi reçu la réplique d’un buste de Victor Hugo. Signalons qu’à l’intérieur du musée quelques moulages y sont présentés, au milieu des collections, pour permettre une visite tactile destinée aux personnes non voyantes mais aussi à tous autres visiteurs voulant toucher ces objets.

Besançon atelier de moulage - quelques moulages

Besançon atelier de moulage - la main de Victor HugoBesançon atelier de moulage - animaux, ours PomponMoulages de la main de Victor Hugo et de l’Ours Pompon.

La technique du moulage

Explications d’Alexandre Rioton, initié aux anciennes techniques de moulage par le chef d’atelier à la retraite : « Ici on reçoit l’original, peu importe le matériau, en bois, en bronze, en plâtre, en pierre. La fabrication du moule s’effectue en phases successives à partir de l’original. Six ou sept phases sont nécessaires jusqu’au moule final. Pour faire le moule en deux parties, on utilise de la plastiline, matière souple et auto-démoulante.  On délimite la moitié du moule, une première couche de plâtre est appliquée à l’intérieur du moule afin qu’aucune bulle ne se forme au moment du coulage définitif. Ensuite, les deux parties du moule sont refermées et liées : un seul trou subsiste pour couler le plâtre liquide, la résine ou la pierre reconstituée. Je fais attention qu’aucune fuite ne se produise.

Besançon atelier de moulage - démonstration

Besançon atelier de moulage - démonstration de moulage

Le temps de séchage dépend de la taille du sujet, des différents exemplaires que je dois produire en plâtre ou en résine : 6, 12 ou 24 heures. Le moulage est délicatement retiré du moule et l’on procède à l’ébavurage : la ligne de jonction entre les deux parties du moule est limée. Le travail consiste à supprimer manuellement toutes les imperfections. Une première couche de vernis est apposée ainsi qu’une teinte de fond. La patine est obtenue par l’application de vernis pigmentés pour assurer la touche finale qui donne au moulage ».
Près de 300 kg de plâtre sont utilisés tous les 3-4 mois. Quant aux patines, elles sont nombreuses : imitation du bronze, de la terre cuite, de la pierre ou du marbre. Certains moulages existent en différentes patines : blanc, terre cuite, bronze, noir. Si la technique a peu changé, les matériaux, eux, ont beaucoup évolué, rendant les moulages plus résistants qu’autrefois.
Selon la complexité de l’objet à reproduire, on réalise soit un moule en deux parties, soit un moule dit « chaussette » qui est sans couture et permet la reproduction d’objets simples.

Besançon atelier de moulage - démonstration des couleursBesançon atelier de moulage - cochenilleCouleurs et vernis sont créés à l’atelier. A droite, paillettes de cochenille vernies, naturelles, ambrées.

Des collègues préparent les pièces pour la couleur. « L’objet sortant du moule doit être parfait pour passer l’étape suivante, la pose de la couleur, l’étape qui s’effectue en dernier », poursuit Alexandre Rioton. « On bouche tous les trous, on affine, les petites imperfections. Là aussi, plusieurs étapes, plusieurs couches de gomme laque. Les couleurs de pigments s’appliquent au pinceau, en transparence, allant du plus clair au plus foncé ».

Les pigments sont disposés sur palette, et commence alors la recherche de couleurs. Du naturel, du chimique, une énorme gamme d’ocres, pour teinter plâtre ou résine. On a recours également à la cire afin de donner un aspect vieilli, ancien aux moulages. Si la couleur recherchée n’existe pas, elle est créée par association de différents pigments. « A l’identique, pas de fantaisie. C’est l’original qui compte… ».

Besançon atelier de moulage - moulages egyptiensBesançon atelier de moulage - Alexandre Rioton et son équipeBesançon atelier de moulage - Murielle Dovillaire et un apprentiA l’atelier : Murielle Dovillaire , Julie Leroy, les stagiaires Clovis et Yohann, Alexandre Rioton et Lucille Jeunot.

Les différents moulages

L’atelier propose un choix important de reproductions des collections des musées du centre de Besançon, de la citadelle, des associations, des églises. Son catalogue compte plus de 80 modèles différents pour des objets qui datent de la protohistoire au XXèmesiècle.

Parmi ceux qui connaissent le plus de succès, le buste de Victor Hugo, par Rodin, édité régulièrement en séries, l’emporte largement. On trouve également l’Ours blanc de François Pompon, dont l’original a été réalisé en plusieurs formats et en plusieurs couleurs, avec des patines blanches ou bronze. Une exposition sera d’ailleurs consacrée à cet artiste, en 2020, au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon.
Parmi les plus imposants moulages réalisés, on peut citer celui du Taureau d’Avrigney, statue en bronze du I er siècle, découverte en 1756 à Avrigney, en Haute-Saône, ceux de la collection égyptienne, avec Isis, Osiris, les collections grecques, celles du 17èmeau 19èmesiècles qui ont également retenu l’attention de l’atelier, ainsi que des reproductions de bustes antiques, des effigies de Gustave Courbet, de Vauban, ou du moulage de la main mortuaire de Victor Hugo, parmi d’autres.

Besançon atelier de moulage - vitrine

Besançon atelier de moulage - vitrine avec différents moulages

Besançon atelier de moulage - Murielle Dovillaire

Besançon atelier de moulage - les outilsBesançon atelier de moulage - les pigments

Murielle a rejoint l’atelier il y a 12 ans. Formée à chaque étape de manière à être autonome, elle ne rencontre qu’une seule difficulté qui tient au poids des moules les plus importants. Ce travail est extrêmement minutieux et les spécialistes du moulage passent parfois des heures avec leurs mimi-limes et leurs papiers de verre. Une fois l’objet ébavuré, séché, il est prêt à être patiné. C’est l’étape où l’on applique la couleur.

Aujourd’hui les conservateurs et le personnel de l’atelier envisagent de travailler à partir de reproductions en 3D car ils rencontrent de plus en plus de difficultés pour le faire à partir des originaux. En effet, les règles concernant la conservation des objets ont beaucoup évolué et, légitimement, les conservateurs y sont de plus en plus attentifs. Aucun moulage, par exemple, n’est fait directement à partir des terres cuites.

Lionel Estavoyer, historien d’art, conseiller pour le patrimoine à la mairie de Besançon : « Notre atelier de moulage de Besançon, auquel le maire et les élus tiennent tout particulièrement, reste une exception dans le panorama des musées de province et sa production, d’une qualité souvent exceptionnelle, entièrement réalisée sur place, connaît un succès grandissant auprès du public. Service particulièrement compétent, aux savoir-faire affirmés, il est au sein de la direction des musées du centre de Besançon un acteur particulièrement intéressant et remarqué, à l’heure où le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, récemment inauguré par le Président de la République, vient de rouvrir pour mieux présenter auprès du nombreux public qui le fréquente, les chefs-d’œuvre de sa collection ».

 

Atelier de moulage
Rue Antide Janvier / 25000 Besançon, France

www.mbaa.besancon.fr/le-musee/atelier-de-moulage/

Besançon atelier de moulage - moulages au four

Texte et photos Françoyse Krier – Remerciements à Lionel Estavoyer et à toute l’équipe de l’atelier.