La campagne #WOODVETIA met à l’honneur des personnalités suisses sous forme de statues grandeur nature. Chaque statue est taillée dans du bois provenant de la région d’origine de la personnalité représentée. Pour ce faire, l’artiste zurichois Inigo Gheyselinck s’est entouré de différents partenaires de l’économie forestière et de l’industrie du bois. Les statues ont été exposées – et librement accessibles – les unes après les autres tout au long de l’année passée dans des lieux publics de Suisse. Le public a pu ainsi ainsi se familiariser avec la matière première durable que constitue le bois. Elles sont présentées à Berne jusque fin avril.

Sont également associés au processus artistique des bûcherons, des scieurs et des tourneurs. Les personnalités ont été choisies par un jury composé de représentants de l’économie forestière, de l’industrie du bois et de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

 

Les forêts suisses sont précieuses car elles protègent contre les dangers naturels, offrent des espaces de détente de proximité et fournissent du bois, matière première durable. Cependant, cette matière première locale n’est pas assez exploitée, en particulier en raison du franc fort.

C’est pourquoi l’économie forestière, l’industrie du bois et l’Office fédéral de l’environnement ont lancé en janvier 2017 à Berne, la campagne #WOODVETIA visant à encourager la population à privilégier le bois suisse pour la construction et la transformation de bâtiments et lors de l’achat de meubles.

La campagne #WOODVETIA vise à encourager les consommateurs à privilégier le bois suisse pour la construction ou la transformation de bâtiments ou lors de l’achat de meubles. A cette fin, le « certificat d’origine bois suisse » facilite son identification. Privilégier le bois indigène est la seule manière de préserver sa chaîne de création de valeur, à savoir toutes les étapes de la transformation du bois, des forêts aux consommateurs finaux. Car si la demande intérieure de bois suisse est élevée, les scieries suisses vendent davantage de bois indigène aux constructeurs ou aux menuisiers qui, à leur tour, le transforment. En amont de la chaîne, les propriétaires de forêt sont bénéficiaires. En effet, les recettes du bois contribuent largement au bon entretien des forêts, qui, à son tour, a un impact positif sur les prestations forestières.

C’est la statue de Marie Tussaud, fondatrice du célèbre musée de cire éponyme, qui a ouvert la campagne #WOODVETIA. Sa statue a été taillée dans du tilleul à petites feuilles provenant de Berne. En effet, selon ses écrits, Marie Tussaud serait née à Berne, même si son lieu de naissance officiel est Strasbourg. La 21ème et dernière statue représente Hildegard Kissling, d’Aardorf (TU), sollicitée par un vote du public.Elle accompagne, entre autres, les statues à l’effigie de Carla del Ponte, Alfred Escher, Gottlieb Duttweiler, Johanna Spyri, Polo Hofer, Dimitri…

Ces personnages tout de bois sculpté, sont exposés au Palais fédéral à Berne. Le public pourra les admirer  de près le 16 mars, lors de la Nuit des musées de Berne, et également du 5 mai au 4 novembre 2018 à Bad Ragaz, dans le cadre de la Triennale de sculpture.

www.woodvetia.ch

Visuels – de haut en bas : Gilberte de Courgenay, Marie Tussaud, Johanna Spyri / Dimitri / Iris von Roten / Bertrand Piccard et son aïeul Auguste / Inigo Gheyselinck peaufine le visage de Gottlieb Duttweiler / Le peintre Giovanni Segantini, à l’accueil de la Salle des conseils.