Looking For Paradise © Clément Martin

Les rendez-vous Aux confins de la Cité se tiendront à Lausanne, du 7 au 12 juillet. Malgré les conditions spécifiques d’accueil et de respect des normes sanitaires, les différents lieux ont été choisis avec une grande attention : espaces singuliers, tant urbains que verdoyants, dans lesquels s’inscrivent des projets in situ ou des scènes légères. Pour des soirées courtes ou longues dont la convivialité ne sera pas en reste, puisque chaque lieu permet  de se retrouver autour d’un verre et parfois d’un repas ou d’un en-cas ! Danse, théâtre, musiques, conférences marchées, ateliers et spectacles pour enfants se déploient sur plusieurs sites en ville de Lausanne. Au total, une trentaine d’artistes, parmi lesquels : Alessandro Sciarroni, Marie-Caroline Hominal, la Cie Coup de Poker, Les 3 points de suspension, la Cie Snaut – Joël Maillard, La Bocca della Luna – Muriel Imbach, Catastrophe nue, Raphelson, Arlt, Badnaiy, Komfortrauschen, One Sentence. Supervisor, Your Fault ou Omni Selassi.

A l'envers A l'endroit - Muriel Imbach © Sylvain Chabloz One Sentence Supervisor ©Philippe Bodinger

Inscriptions & Tirage au sort

La capacité de chaque spectacle étant limitée à maximum 300 personnes, un système de tirage au sort a été mis au point. Tous les spectacles sont offerts mais sur inscription et seul-e-s les gagnant–e–s désigné-e-s par le sort pourront assister aux représentations accompagné-e-s de maximum 3 personnes. Les participant-e-s seront informé-e-s des résultats quelques jours avant l’événement. Inscriptions possibles jusqu’au 29 juin. Si le nombre d’inscriptions dépasse le nombre de places disponibles, les participant-e-s seront tiré-e-s au sort. Inscriptions jusqu’au 29 juin !

Formulaire d’inscription :     https://forms.gle/1EpahhwaniF2Krt67

 

La programmation

La programmation met en lumière la création lausannoise, romande et nationale. L’ouverture de certaines frontières a également permis d’inviter quelques artistes des pays voisins : France, Allemagne ou Italie.

ARTS DE LA SCENE : du théâtre, de la danse contemporaine avec, entre autres, Save the last dance for me d’Alessandro Sciarroni qui s’est lancé sur les traces d’une danse bolognaise appelée Polka Chinata, une danse de séduction remontant au début des années 1900, interprétée par des hommes uniquement. De la performance avec Le Cirque Astéroïde…

Save the last dance for me © Claudia Borgia, Chiara Bruschini

Yakubane

 

ARTS DE LA RUE : on retrouve l’une des compagnies les plus dingues des Arts de rue franco-suisses avec leur fameux spectacle Looking for paradise. A la fois impertinents, surréalistes, caustiques et drôles, Les 3 points de suspension nous convient à une véritable chasse au trésor…

MUSIQUES : afro jazz, pop, folk, new wave, hip hop, techno organique. Des soirées métissées, des concerts au coucher du soleil soit un concert par soir dans un lieu magnifique… Jean-Christophe Geiser fera résonner les Grandes Orgues de la cathédrale, plus grand instrument de Suisse.

CONFERENCES MARCHEES : des balades en petits groupes qui mènent à des performances in situ. Ici et là, des réflexions plus pro- fondes sont lancées par des écrivains, des artistes ou des philosophes comme Joëlle Zask, enseignante, spécialiste  de philosophie politique, Matthieu Jaccard, architecte et historien de l’art indépendant…

MARCHE URBAINE : David Fuehrer et Cyril Bron invitent à parcourir le tissu urbain hors des sentiers bana-lisés définis par l’usage du quotidien, à marcher à la rencontre d’un territoire en marge de la ville…

EN FAMILLE : de réjouissantes propositions destinées aux familles se combinent pour proposer des expériences multiples du goûter à l’apéro, autour d’un lieu central reposant et convivial.

www.festivalcite.ch 

 

Des gestes blancs3 ©Anne Breduillieard

Visuels : Looking For Paradise © Clément Martin // A l’envers A l’endroit – Muriel Imbach © Sylvain Chabloz //  One Sentence Supervisor ©Philippe Bodinger // Save the last dance for me © Claudia Borgia, Chiara Bruschini // Yakubane // Des gestes blancs3 ©Anne Breduillieard

Vous avez aimé cet article?